mardi 12 décembre 2017

Journée d'étude EHESS/Univ. Kyoto



 3e Rencontre franco-japonaise en anthropologie et en philosophie

Questionner le paradigme de la technique

le 15 décembre 2017, EHESS-Paris
matin : 54 Bd Raspail, salle AS1 -08 
après-midi : 105 Bd Raspail, salle 8

Organisation : Frédéric JOULIAN (EHESS), Mayuko UEHARA (Univ. Kyôto) et le groupe  (AIDA)
Programme :

mercredi 6 décembre 2017

La cosmophanie des réalités géographiques / Augustin Berque

The Sphinx, the Great Pyramid and two lesser Pyramids
(Ghizeh, Egypt: Francis Bedford,1862)
source
Paru dans les Cahiers de géographie du Québec, vol. LX, , n° 171, déc. 2016, p. 1-14.
Seminário Nacional sobre Geografia e Fenomenologia
Unicamp, Limeira, 25-26 octobre 2016

La cosmophanie des réalités géographiques

par Augustin Berque

Résumé – On interprète ici le « litige » (Streit) que Heidegger voit entre la Terre et le Monde, dans L’Origine de l’œuvre d’art, comme l’en-tant-que (als) qui fait sortir la substance terrestre de son identité de gisant-dessous (hupokeimenon, subjectum) pour déployer son être vers un prédicat insubstantiel qui est un certain monde – le Monde, pour nous autres dont c’est le monde. Cette assomption du sujet (la Terre) en tant qu’un certain prédicat – un monde, qu’elle ouvre de ce fait même – produit les réalités géographiques. L’œuvre d’art y joue un rôle d’éclaireur. La science en revanche n’a de cesse qu’elle ne saisisse l’identité du sujet (celui du logicien, qui n’est autre que l’objet du physicien). L’on peut ainsi tracer une triple homologie dans le Streit : il y a litige entre Terre et Monde comme entre science et art, ainsi qu’entre sujet et prédicat, litige qui engendre indéfiniment la mouvante réalité d’un certain milieu.

Mots clefs : art, en-tant-que, milieu, monde, prédicat, réalité, science, sujet, Terre.